Dimanche 13 mai (suite)

Après avoir pris 2 lignes de train, récupéré nos bagages et pris 2 lignes de métro, nous voici à bord d’un véhicule très étrange.
Les couleurs jaunes, rouges et noires prennent des formes arrondies évoquant tantôt une tête à grandes oreilles, tantôt des boutons de culotte. La culotte à bouton se retrouve sur les poignées qui pendouillent à intervalles réguliers. Même la musique à quelque chose d’étrangement familier…

01644

Mais un simple coup d’œil sur le titre de transport chasse le doute : nous sommes à bord du monorail desservant Tokyo Disney Resort !

01643_TOKYO_DISNEY_RESORT

Notre première étape rejoindre notre hôtel pour les 3 nuits à venir : le Hilton Tokyo Bay.

Pourquoi pas un hôtel Disney pensez-vous peut être ? Pour deux raisons en fait : tout d’abord car ils sont très très très chers et ensuite parce que, bien que Cast Member à Disneyland Resort Paris, nous ne disposons d’aucune réduction chez nos cousins nippons.
Aussi l’hôtel partenaire le plus proche et le moins cher (disons au rapport qualité/prix le plus intéressant) était l’un de ceux du papa de Paris (que nous n’avons pas rencontré puisqu’elle purgeait sa courte peine à cette époque).

Hilton rime avec luxe et qualité et je dois dire que nous avons été servis :
- à notre arrivée à l’hôtel, un valet se précipite sur nous et empoigne nos bagages qu’il met sur un chariot à roulettes ;
- l’accueil se fera dans un anglais impeccable et le problème lié à la réservation Internet sera réglée sur le moment en nous offrons les dîners pour les 3 prochains jours au restaurant buffet de l’hôtel ;
- enfin, nous sommes escortés jusqu’à nos chambres par une jeune et frêle employée qui saisi le chariot et nos 4 volumineux bagages, nous les dépose dans chacune de nos 2 chambres, nous fait le tour du propriétaire avec un sourire à faire pâlir la fille du directeur susnommée (la fille pas le directeur comme en atteste le « e » à la fin de susnommée) et nous incite en prime à éteindre les lumières pour profiter du feux d’artifice qui commence quelques secondes plus tard !

Autant dire que la première impression est plus que bonne, nous sommes tout simplement bluffés. A noter que les employés ne réclament ni n’acceptent aucun pourboire, c’est insultant…

Nous terminons la soirée au buffet asiatique de l’hôtel où Emmanuelle s’en donnera à cœur joie au buffet des desserts.
La soirée est ponctuée de quelques trouvailles comme les toilettes avec siège chauffant et désodorisant intégré, la douche aux 5 fonctions et le miroir chauffant qui chasse la buée ! 

Nous nous couchons tôt ce soir-là car outre une journée fatigante, nous savons que l’on gagne toujours à se présenter à l’ouverture d’un parc d’attractions, d’autant que ceux que nous allons visiter sont les plus populaires au Monde…

 


 Lundi 14 mai

Après un petit déjeuner copieux pris à côté une plaque en verre le long de laquelle coule de l’eau sans interruption ce qui donne une sacrée envie de courir aux toilettes, nous reprenons le monorail, de jour cette fois-ci.

01653_RESORT_LINE

Nous profitons de la lumière du jour pour découvrir d’un côté la Baie de Tokyo et de l’autre les Backstages des parcs à thèmes. Même si çà n’est pas terrible à voir pour un Visiteur, c’est exaltant pour un Cast Member un brin curieux. Les leurs sont très propres et le bâtiment abritant Indiana Jones Adventure est impressionnant (assez comparable à celui de Pirates of the Caribbean) 

Et nous voilà à l’entrée du parc Tokyo DisneySea à attendre l’heure fatidique à laquelle les portes vont s’ouvrir.

Malgré le monde présent à l’ouverture, pas de bousculade. Des membres de la sécurité impeccables et le sourire jusqu’aux oreilles nous demandent d’ouvrir nos sacs (autant dire que çà change des notres) et les personnages sont là pour faire des photos devant l’une des icônes du parc : une fontaine sur laquelle est juchée une mappemonde ruisselante d’eau qui tourne sur elle-même.

01660    01668_MEDITERRANNEAN_HARBOR

Passé sous l’hôtel MiraCosta qui marque l’entrée du parc, nous arrivons devant une large zone recouverte d’eau où trône la deuxième icône du parc, mais assurément la plus impressionnante de tous les Parcs Disney : le mont Prométhée.

01674    01688

Un (presque) authentique volcan crachant de la fumée et occasionnellement des flammes qui sert de refuge à deux attractions que nous nous empressons de tester : Voyage au Centre de la Terre (ou Djournie into zi cèneteurre of zi irss comme dira Emmanuelle) et 20.000 Lieues sous les Mers.

La première nous plonge au cœur du volcan où des scientifiques ont installé une base de recherche de laquelle partent des voyages d’exploration direction le centre de notre planète.

Toute la station est creusée dans la roche et renferme de nombreux laboratoires très « verniens ». Pour rejoindre la plate-forme de lancement, nous devons plonger au cœur du volcan à bord d’un ascenseur qui donne l’impression de nous faire descendre de plusieurs centaines de mètres à force d’effets spéciaux saisissants.

01697

Et nous voilà dans la gare… Une cavité de plusieurs mètres de long arrachée à la roche à force d’une foreuse que l’on imagine dantesque.

Les véhicules qui vont nous emmener à travers la croûte terrestre sont uniques : une sorte de Nautilus monté sur roues avec un toit et 6 sièges en cuir rouge capitonnés.

La barre abaissée, le feu vert s’allume et nous commençons à descendre tranquillement…

S’en suit deux cavernes, l’une recouverte de cristaux, l’autre peuplée de champignons et de petites créatures apparemment pacifiques et joueuses.

Mais voilà que nous arrivons à une patte d’oie… Le chemin de droite semble sympathique mais, bizarrement, notre véhicule tourne violemment à gauche dans une petite caverne pleine de cocons sur le point d’éclore… Et si l’on en croit l’ombre de leurs occupants, ceux-ci semblent beaucoup moins sympathiques que leurs acolytes pré-cités.

Le véhicule d’exploration reprend son rythme de croisière pour nous permettre de découvrir une gigantesque caverne au milieu de laquelle se déchaîne une sorte de tempête : pluie, tornade, vent tout y est, même la foudre qui frappe presque notre véhicule manquant de nous faire mourir d’une crise cardiaque Manuel et moi.

Le véhicule accélère à nouveau, traverse une grotte emplie de lave en fusion lorsque nous tombons nez à gueule avec un monstre sous terrain de plusieurs mètres de haut, particulièrement alerte, qui nous menace à coup de pattes et de griffes.

Bien qu’habitué à voir des audioanimatronics de tout poil, je dois dire que celui-ci produit son petit effet. Ses mouvements particulièrement réalistes doublés des nombreux kilo-watts de la bande son eurent vite fait de me flanquer le trouillomètre à zéro… Et pas le temps de se remettre de ses émotions car aussitôt le véhicule reprend sa course folle et entame une montée en spirale à plus de 100 km/h, dans le noir total, qui culmine par une pente raide de chez raide et une chute sur le flanc extérieur du volcan, concluant ainsi l’une des plus belles attractions qui m’ait été donné de faire !

01698

Pour nous reposer nous rejoignons la file d’attente de 20.000 Lieues sous les Mers situé dans l’île volcanique inspirée de l’Ile Mystérieuse.

01699

Si vous connaissez Les Mystères du Nautilus au Parc Disneyland et bien sachez que… çà n’a rien à voir.

Ici les Imagineers vous proposent d’embarquer à bord de votre propre mini submersible à la découverte des fonds marins.   

Le véhicule de forme rectangulaire accueille 3 couples de passagers (un devant et un de chaque côté), chacun disposant d’un hublot, d’indicateur d’oxygène et d’électricité et d’une manette permettant de faire bouger un faisceau lumineux éclairant les alentours…

Tout réside sur une illusion d’optique : le grand hublot situé face à vous contient deux épaisseurs entre lesquelles sont diffusées régulièrement des bulles d’air, donnant l’impression que vous être sous l’eau alors que le véhicule, suspendu par un rail bien camouflé, circule tranquillement dans un grand bâtiment.

Mais il faut dire que la technologie est complètement transparente tant l’attraction est immersive. Ici je me suis senti vraiment dans un autre monde, dans la peau d’un explorateur plongé dans les noirceurs du grand bleu à la découverte d’un trésor ou de poissons jamais répertoriés.

Cette attraction restera tout simplement ma préférée à Tokyo DisneySea tant elle est immersive et propose toute une palette d’émotions !

01704

Une fois installés, le Cast Member verrouille les portes du véhicule comme une écoutille et c’est la plongée qui commence.

Le choc de la plongée dans l’eau se répercute même sur le sol du sous-marin qui se met à trembler !

S’en suit la découverte des fonds marins et de leurs habitants, puis l’exploration d’une épave où plusieurs gags visuels se succèdent (pour peu qu’on pense à les éclairer)

Enfin vient l’attaque du calamar géant dont les longs tentacules enserrent complètement le petit véhicule. Une première décharge électrique ne la fait pas reculer, aussi faut-il mettre la pleine puissance… C’est un succès !

Mais nous voilà dérivant, les batteries à plat, vers un funeste destin. Peu à peu se dessinent à l’horizon les reliefs d’une ancienne cité que la mer aurait engloutie, Atlantide ?

Oui et elle n’arrive pas seul car nous sommes accueillis par des hommes poissons apparemment pacifiques qui finissent même par pousser notre véhicule jusqu’à la surface, nous laissant libre de continuer notre exploration de Tokyo DisneySea…

01707

(à suivre)