Je profite de cet article pour revenir plus en détails sur mes vacances au Japon... Au jour le jour...

- Mardi 8 mai -

Nous avions rendez-vous vers 9h15 dans la gare de Chessy Marne-la-Vallée pour prendre un TGV jusqu’à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle.

Nous c’est (de gauche à droite) :

CIMG3299

  • Sabrina, une bretonne qui s’occupe des équipes attraction de Discoveryland et avec laquelle j’avais parlé de ce voyage il y a plus d’un an maintenant.

  • Manuel, fan Disney italo espagnol qui travaille en ce moment sur la préparation opérationnelle de l’ouverture de The Twiligth Zone Tower of Terror.

  • Emmanuelle avec qui je suis déjà allé en Californie et qui n’est pas moins que ma meilleure amie (désolé pour les jalouses et les déçues).

Tout semble normal jusqu’à notre arrivée au comptoir Nouvelles Frontières où nous devions retirer nos billets d’avion pour Tokyo.
Seulement voilà, notre exaltation retombe bien vite lorsque l’employé nous annonce que les billets d’Emmanuelle et moi sont introuvables ! Instant d’intense détresse et irrépressible envie de faire le tour du comptoir pour décocher un violent coup de poing/pied/valise certes inutile mais tellement apaisant !
Heureusement pour lui et mon poing/pied/bagage, l’employé comprend qu’il a par erreur donné nos billets à un certain Monsieur Li qui faisait Paris/Helsinki/Tokyo comme nous mais qui prolongeait son voyage jusqu’à Nouméa…

Nos billets récupérés, nous allons au check-in où l’employée de Finnair (compagnie nationale finlandaise) oublie de nous éditer les billets Helsinki/Tokyo… Heureusement qu’Emmanuelle, malgré sa blond’attitude évidente, veille au grain !

Le reste se passe normalement entre vol interminable et sommeil difficile.
Nous arriverons à Tokyo à l’heure et sans encombre pour prendre une navette directe pour notre hôtel.

Japon_00390 minutes supplémentaires de voyage pour apprécier la banlieue de Tokyo.
Premières impressions : c’est vaste et pollué. La ville compte 12 millions d’habitants et est construite dans tous les sens (tant en largeur qu’en hauteur). Il y a un tel smog que l’on voit à peine l’Océan Pacifique lorsque l’on longe la baie.
On retiendra surtout de ce trajet : la présence d’un supermarché Carrefour, l’incompréhensibilité des panneaux de signalisation (bien fait de pas louer une voiture), une première et brève vision de Tokyo Disney Resort, une circulation dense et des échangeurs qui n’ont rien à envier à ceux de Los Angeles.

Nous arrivons finalement à notre hôtel vers 11h mais devons patienter que nos chambres soient prêtes.
Pour cela nous décidons de laisser nos bagages et de prendre notre premier repas dans un restaurant typique situé non loin de là… Mac Donald’s…
Oui c’est la honte, mais notre petit déjeuner à bord de l’avion avait été tellement étrange (épinards, haricots etc.) que nous voulions manger quelque chose de « sûr ». Finalement les sandwiches sont très différents, le personnel bien plus aimable que chez nous et en plus ils proposent le Chausson aux Pommes qui a complètement disparu de nos boites en cartons !

Japon_011Bien calés, nous partons à la découverte du quartier de Shinjuku Ouest où sont concentrés les plus hauts et les plus impressionnants gratte-ciel de la ville à commencer par la mairie de Tokyo en haut de laquelle nous sommes montés pour profiter de la vue… à près de 300 mètres de haut !
A nouveau le smog nous empêche de voir bien loin…

Nous bouclons la promenade par une balade dans le jardin du quartier et y découvrons notre premier temple shinto. Etonnant de voir les hommes d’affaire en pause déjeuner venir faire leur petite prière en 3 minutes offrande comprise. Etonnant aussi de découvrir ce petit temple jouxter les immeubles Hi-Tech !

Finalement il est 13h, nous regagnons notre minuscule chambre d’hôtel et faisons une minuscule sieste.
Nous repartons peu de temps plus tard pour ce qui va devenir LE périple du voyage !

Nous avions acheté en France un « voucher » à échanger à la gare contre un pass de 14 jours nous permettant de prendre les trains de la compagnie Japan Rail de façon illimitée.
Pour cela il "suffisait" d’aller au comptoir situé près de la porte Est de la gare de Shinjuku.

J’avais lu dans un guide touristique que la gare de Shinjuku était la plus grande de la ville. C’est seulement une fois à l’intérieur que j’ai mesuré à quel point le guide disait vrai !
Le bâtiment était un dédale de couloirs bondés de salariés pressés, de galeries marchandes bruyantes, de restaurants, de machines automatiques, d’escaliers, d’escalators et de panneaux indéchiffrables.

CIMG1392

Nous avons demandé notre chemin à 3 reprises, consulté 2 plans différents, fait demi-tour un nombre incalculable de fois pour finalement décider de sortir de la gare, de faire le tour de l’immense pâté de maison et nous jeter à nouveau dans le brouhaha par l’entrée Est… à côté de laquelle se trouvait le fameux comptoir.

Cette expédition qui a bien failli me coûter ma patience, nous a permis de constater que le Japonais parlent mal, très mal, l’anglais mais qu’ils sont d’une telle amabilité qu’ils n’hésitent pas à se mettre en quatre pour vous aider !
Le plus terrible était de se sentir complètement démuni face aux indications qui ne nous disait rien… J’ai à ce moment vraiment craint pour la bonne suite du voyage, sachant que nous devrions nous déplacer seuls à de très nombreuses reprises et donc être confronté à ce genre de situations !

Remis de nos émotions, notre pass et nos réservations de train en poche, nous partons à la découverte de la partie Est de Shinjuku.

0015

Bien que seule une gare (certes immense) les sépare, les deux parties du quartier de Shinjuku sont en complète opposition. A l’Ouest tout est bien ordonné, propre et dédié au travail ; à l’Est tout est chaotique, tape à l’œil et dédié exclusivement aux plaisirs.

Japon_024C’est ainsi que l’on trouvera à Shinjuku Est les enseignes lumineuses et les écrans géants destinés à attirer le passant, des grands magasins exclusivement conçus et fréquentés par ces dames et, plus reculé, des « love hotels ».
Ces hôtels proposent des chambres à thème pouvant être louées pour une nuit (rest) ou pour quelques heures seulement (stay)… Tout un programme !

La nuit tombant c’est un restaurant que nous sommes allés chercher. Mission accomplie pour moins de 4€ avec soupe miso, thé vert, riz blanc et porc pané ! Miam.

C’est exténués que nous avons rejoint notre chambre d’hôtel non sans avoir inutilement repéré les distributeurs de tickets de métro pour le lendemain. Inutilement, c’est ce que nous verrons prochainement…

Mais pour le moment place à un long sommeil destiné à rattraper 30 heures d’une longue et fatigante première journée…

Japon_029